EU4Journalists.eu is currently not updated. We hope to be back soon.

eu4journalists

select your language

Europe 2020

2. Objectifs et directives

Grâce à ce ciblage particulier de l’éducation et de la pauvreté, Europe 2020 diffère quelque peu de la Stratégie de Lisbonne, qui avait adopté une approche plus restreinte de la réforme. En bref, la stratégie Europe 2020 semble plus "sociale" que son prédécesseur, une nouvelle tactique conçue pour refléter les changements de mentalité dans le sillage de la crise financière, qui a largement discrédité les forces brutes du marché.

Les leaders nationaux, qui se montrent défensifs quant à une éventuelle interférence de l’UE dans la politique nationale, ont rejeté les objectifs de la Commission européenne concernant l’éducation et la pauvreté plus tôt pendant l’année 2010. Ces chiffres ont ensuite été approuvés, en juin 2010, bien que les Etats membres aient inclus la notification d’opposition que dans tous les cas, ils conserveraient le pouvoir de définir les objectifs en fonction des circonstances au niveau national.

Objectifs

En juin 2010, le Sommet européen a approuvé les cinq objectifs suivants pour la décennie à venir:

  1. 75% de la population âgée de 20 à 64 ans devrait avoir un emploi. Cet objectif doit être atteint par le biais d’une participation accrue des jeunes, des travailleurs senior, des travailleurs peu qualifiés et de l’intégration de migrants légaux à la main d’œuvre.
  2. 3% du produit intérieur brut de l'UE doit être consacré à la recherche et au développement, grâce à des investissements publics et privés combinés.
  3. Dans le cadre des objectifs de l’UE 20/20/20 concernant le climat et l’énergie, les Etats membres devraient réduire leurs émissions de gaz à effet de serre de 20% (par rapport aux niveaux de 1990), augmenter la part des énergies renouvelables pour l’amener à 20% et augmenter l’efficacité énergétique de 20%.
  4. Les taux d’abandon de la scolarité devraient être réduits à moins de 10%, avec au moins 40% des 30-34 ans ayant achevé un cursus d’enseignement supérieur ou équivalent.
  5. 20 millions de personnes en moins devraient risquer d’être exposées à la pauvreté et à l’exclusion.

Directives

En juillet 2010, les ministres des Finances ont approuvé des directives intégrées’ pour des réformes structurelles que les Etats membres devraient mettre en œuvre au cours de la décennie à venir. Des directives concernant l’emploi seront convenues en octobre 2010.

  • Garantir des finances publiques durables Dans ses prévisions économiques du printemps, publiées en mai 2010, la Commission rapporte que le cumul des déficits gouvernementaux dans l’ensemble de l’UE a triplé depuis 2008. Ces déficits devraient atteindre un pic de 7¼% du PIB cette année, un écart de plus du double de l’objectif de 3% fixé par le pacte de stabilité et de croissance.

  • Rétablir les déséquilibres macroéconomiques Une attention particulière sera accordée aux actuelles positions des comptes, les Etats membres étant encouragés à soutenir leur compétitivité en entreprenant des réformes structurelles urgentes dans des domaines comme les pensions, les marchés de l’emploi et la fiscalité.

  • Réduire les déséquilibres dans la zone euro Les déséquilibres macroéconomiques et actuels des comptes dans les pays de la zone euro sont particulièrement préoccupants. La zone euro a traversé récemment une période de crise de confiance, les problèmes d’endettement de la Grèce ayant menacé de s’étendre à d’autres économies fragiles de la zone euro comme le Portugal et l’Espagne.

  • Soutenir l’innovation et laisser libre cours au potentiel de l’économie numérique L’UE est en retard sur d’autres économies du monde en termes de dépenses pour la recherche et le développement. L’objectif est de recentrer la politique en matière de recherche et de développement sur les défis comme le changement climatique, la sécurité énergétique et l’efficacité des ressources, la santé et le changement démographique. L’UE doit également rattraper son retard en termes de déploiement de l’Internet haut débit.

  • Améliorer l’efficacité énergétique et réduire l'émission de gaz à effet de serre Selon les propositions de la Commission, la réalisation des objectifs de l’UE en matière d’énergie et de climat pourrait réduire les importations de gaz et de pétrole de € 60 milliards d’ici 2020 tandis que la suppression des goulets d'étranglement sur le marché de l'énergie pourrait ajouter 0,6%-0,8% au PIB. L’augmentation de la part des énergies renouvelables dans le portefeuille énergétique, pour passer à 20% d'ici 2020, pourrait créer plus de 600.000 emplois.

  • Moderniser la base industrielle Inclut des projets visant à réduire la paperasserie, actualiser les règles d’adjudication des marchés publics et de compétitivité, améliorer l’accès aux financements et encourager l’entrepreneuriat. Les efforts à fournir pour aider les industries bénéficient des opportunités offertes par la mondialisation et l’économie verte.

  • Augmenter la participation au marché de l’emploi La main d’œuvre européenne réduit et deux-tiers seulement de la population en âge de travailler est active. Selon les propositions de la Commission, le taux de chômage chez les jeunes est supérieur à 21%. Quatre-vingt millions de personnes sont peu ou pas qualifiées. D’ici 2020, 16 millions d’emplois supplémentaires exigeront des niveaux de qualification élevés et il y aura 12 millions d’emplois en moins pour les personnes peu qualifiées.

  • Développer la qualification de la main d’œuvre L’objectif est de moderniser les marchés du travail pour augmenter les taux d'emploi, notamment en faisant acquérir à la population de nouvelles compétences qui leur permettront de s'adapter à de nouvelles conditions et aux changements de carrière. Accent sur ‘l’apprentissage à vie’. Les Etats membres demandent urgemment la suppression des obstacles à la mobilité professionnelle et géographique.

  • Améliorer l’éducation Selon les propositions de la Commission, un quart des enfants ont des difficultés à lire et un jeune sur sept quitte l’éducation trop tôt. Moins d’une personne sur trois âgée de 25 à 34 ans possède un diplôme universitaire, contre 40% aux USA et 50% au Japon. Seules deux universités européennes sont classées parmi les 20 meilleures universités du monde.

  • Promouvoir l’inclusion sociale Quatre-vingt millions de personnes étaient exposées au risque de la pauvreté avant la crise et 8% des personnes qui travaillent actuellement ne gagnent pas suffisamment pour dépasser le seuil de pauvreté. Les gouvernements nationaux doivent mettre le doigt sur les groupes à risque et s’assurer que leurs systèmes de sécurité sociale offrent aux pauvres un accès correct à une aide aux revenus et aux soins de santé.

back to top